Vampires! rpg
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elsa Vasconcelos
car je découvre un nouveau monde...
car je découvre un nouveau monde...
avatar

âge : 27
Féminin Messages : 26
résidence : Powell Castle
love Frozen Heart... By now.
créateur : Inconnu
affinités : Charles, le frère que je n'ai jamais eu. Pas touche, ou je mords...
à propos de moi Instinctive, loyale et exigeante. Mais se limiter à cela serait se limiter à regarder, sans essayer de l'ouvrir, un paquet cadeau...

• me, just me •
genre: vampire
âge: 18 ans
MessageSujet: Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]   Mar 14 Avr - 10:09

I. Informations Personnelles

♦️ Nom de Famille :Vasconcelos
♦️ Prénom(s) : Elsa (Marie)
♦️ Sexe : femelle
♦️ Genre : Néophyte
♦ Si Ancien, âge d'Ancienneté :
♦️ Âge Immortel : 18 ans
♦️ Date & Lieu de Naissance : Treize Mai 1990; Paris
♦️ Date de Morsure : Trente et un octobre 2008 (ou comment faire les frais du sens de l'humour des vampires)

II. Détails

♦️ Origine : Française de par sa mère et portugaise de par son père
♦️ Prénoms & Noms des Parents/Tuteurs : Arianne de la Horte (devenue Vasconcelos) et Luís Manuel Vasconcelos
♦️ Prénoms des Frères et Sœurs : Aucun.
♦️ Fonctionnement Psychologique :
En ai-je seulement un de rationnel ? Peut-être que oui, peut-être que non... Tout est flou depuis ma transformation. Pour tout vous dire, je n'accepte pas totalement ce que je suis désormais, mais je méprise ce que j'étais avant; ce que j'ai été pendant toutes ces années.

En tant que Marie, je m'aimais. Narcissique au possible, je n'accordais d'importance qu'à moi-même et à mon petit nombril. Faisant partie de ces filles riches et superficielles, je me complaisais dans le luxe et surtout j'aimais les hommes, qui me le rendaient bien d'ailleurs. Admirée des hommes et jalousée par les femmes, je ne pouvais demander mieux. Ma tête, je ne l'utilisais pas, seule l'apparence était importante. Pourtant, je n'étais pas stupide... Mais faire croire à votre interlocuteur qu'il est vraiment intelligent; que l'idée vient de lui et que vous l'admirez pour toutes ces raisons est la meilleure façon pour arriver à vos fins, je l'avais bien compris et je n'hésitais pas une seule seconde à me servir des gens. Les scrupules? Mot inconnu.

En tant qu'Elsa, je méprise Marie. Être vampire m'a changée, comme si deux personnalités avaient vécu dans un même corps pendant longtemps et que la transformation avait une bonne fois pour toutes inversé la balance. J'aime toujours les belles choses, et j'ai toujours conscience de ma beauté, accentuée par ma nature. Mais mon narcissisme a diminué et puis je le cache, je ne veux pas me faire haïr par ici.

Malheureusement, je fonctionne toujours à l'instinct, et il suffit parfois d'un détail minime pour que je prenne quelqu'un en grippe. Mais préférant le pacifisme envers mes semblables, je me contente d'être indifférente à ceux qui me déplaisent, à moins qu'ils ne me cherchent vraiment. Je ne suis pas de ces écervelés qui accorde sa confiance au premier venu, et je dirai même qu'à part avec certaines exceptions, je suis plutôt méfiante. C'est sans doute une façon de me protéger des autres et de les protéger eux, car j'ai souvent peur de mes propres réactions. Je déteste perdre le contrôle de moi-même, et je me fixe la barre très haut, mais c'est sans doute parce qu'à la moindre goutte de sang humain mon attitude est guidée par ma nature et mes réflexes, et non plus par moi-même. Mais de ce côté-là, je continue de faire des efforts... Être une sauvage ne me convient absolument pas.

Si je devais me résumer grossièrement, je dirais que je suis très instinctive ; exigeante et perfectionniste ; rêveuse ; sympathique une fois mise en confiance ; mais je suis aussi loyale et, bien que pacifique envers les miens, je ne reculerai devant rien pour venger un être qui m’est cher.

♦️ Description Physique :
De son vivant, Elsa était déjà belle, nul ne pourrait la contredire là-dessus. Son visage rappelait celui des poupées en porcelaine, si belles mais si fragiles en apparence, et ses yeux bruns lui donnaient un petit air malicieux pouvant en duper plus d'un. Ses longs cheveux châtains, à l'origine ondulés, se prêtaient au moindre de ses désirs et tantôt elle les arborait lisses et couronnés d'un serre-tête, tantôt elle misait sur de belles boucles virevoltant contre ses épaules. Sa fine silhouette aux courbes bien proportionnées; son mètre septante-quatre; des mains toujours impeccables et une tenue soignée montraient qu'elle savait plaire et qu'elle en abusait.

Son pas, toujours léger, rappelle désormais celui d'une délicate danseuse en plein ballet et tout son être est auréolé de grâce, une grâce surhumaine, une grâce de vampire. Depuis la transformation, ses yeux ressemblent à deux rubis flamboyants, et sa peau, déjà claire de son vivant fait penser à la couleur nacrée des perles couplée à la froideur de la neige.

Comme lorsqu'elle était encore mortelle, Elsa fait soigne toujours ses tenues et vous la verrez tantôt vêtue de belles robes, faisant penser à d'autres époques, tantôt vêtue de couleurs sobres, prônant la beauté classique par-dessus tout. Mais Elsa ne se limite pas à cela... En réalité, et selon ses envies, elle pourra tout aussi bien porter des vêtements colorés... Mais pour cela il lui faudra être d'humeur festive, ou alors vouloir convaincre quelqu'un en particulier. Ses cheveux, elle les aime relâchés au vent, car, en plus de pouvoir ainsi répandre son odeur pour d'éventuelles proies, c'est ainsi qu'ils lui vont le mieux.

En clair, Elsa dispose du parfait attirail de la plante carnivore, l'aspect humain en plus.


III. Histoire

♦️ Passé Humain :

Je suis née à Paris, un treize mai au soir, dans la maison qui depuis toujours avait appartenu à ma famille. Mon père était portugais, ma mère française. Si j'utilise le passé c'est que Marie, leur fille, est morte quand Elsa est née.

Fille de bourgeois, ma mère déprimait. C'était chronique chez elle. Systématiquement, il fallait qu'elle fasse des scènes; qu'elle se terre dans le silence; qu'elle devienne complètement extérieure au monde l'entourant. Mais mon père l'aimait, c'était réciproque, et elle allait mieux quand il restait auprès de nous. Mais il devait travailler... Unique héritière de la famille, ma mère était riche. Mon père lui continuait de travailler, aussi je n'ai jamais manqué de rien. Mon enfance fut facile, les meilleures écoles (privées bien sûr), des amies, un père aimant... Mais les absences de celui-ci nuisaient à la santé d'Arianne. Un jour, beaucoup de cris, c'est tout ce dont je me souviens. L'hystérie; puis le néant. Nous n'étions plus rien pour elle, elle était repartie dans son monde. Et ce fut la clinique privée, dans la plus grande discrétion. Et ce fut le début de la fin...

Ce soir-là, il vint me parler. À neuf ans, j'étais grande disait-il. La vérité c'est que je n'étais pas prête. Comment accepter l'idée que votre mère est une frapadingue; qu'elle ne vous reconnait plus? Marie l'a refusé toute sa vie. D'ailleurs, en neuf ans, elle ne la revit qu'une seule fois, une fois de trop. Tout le monde s'imagine que les cliniques de ce genre sont blanches, avec des parois blanches, lumineuses et vides, le tout baigné par un silence quasi terrorisant. Pas là-bas. Tout était normal, à l'exception de toutes les blouses blanches et de tout ces adultes malades. Et des regards vides, aussi. Le pire était peut-être le traitement... Le corps médical "soignait" ses patients comme on l'aurait fait en service pédiatrique. Ma mère était assise à une table, s'appliquant. Je me rapprochais, j'avais maintenant treize ans et beaucoup de choses à clarifier. Mais face à elle, je n'ai rien osé dire. Ce que j'avais pensé être, de loin, un texte qu'elle écrivait, n'était autre qu'un vulgaire cahier de coloriages, du même genre que ceux que j'avais eus pendant mon enfance. Et les médecins osaient dire qu'elle allait mieux! Alors qu'elle coloriait!! Elle ne m'avais même pas reconnue...

Dès ce jour-là, mes notes à l'école firent une descente vertigineuse, je ne faisais plus aucun effort, à quoi bon tenter mieux? J'étais vouée au même avenir qu'Arianne, de toute façon... Je serai folle à lier, et enfermée dans une clinique où l'on m'apprendrait à colorier des chevaux. C'était devenu ma hantise, je refusais un tel destin pour moi. Aussi profiter de ma jeunesse devint ma plus grande priorité. J'avais des amies, nous expérimentions un peu de tout, dans notre collège privé français. Et ça me plaisait. C'est là que j'ai découvert le fascinant monde des garçons, que j'ai tout de suite adoré, précisons-le. Mon père refusait de voir celle que j'étais devenue et il m'accordai le moindre de mes désirs. D'année en année, je devins de plus en plus adulte dans mon corps, mes courbes faisant leur apparition, mes traits ressemblant plus à ceux d'une demoiselle qu'à ceux d'une enfant... Et au fur et à me sure que je prenais conscience de ces changements, que je me rendais compte de l'effet que j'avais sur les autres, je devenais plus capricieuse, plus axée sur moi-même... Plutôt que de dire "Sex; Drugs & Rock'N Roll", on aurait plutôt dit de moi "Bitch; Parties & Boys".

Des garçons, j'en ai connus. Pourtant, aucun ne m'a marquée, je n'ai probablement pas connu l'amour. Virevolter de l'un à l'autre me semblait l'attitude la plus normale qui soit. J'avais pris une année sabbatique, je n'en pouvais plus de faire semblant de suivre les cours. Avec quelques amis, nous entreprîmes de visiter Londres, New York, San Francisco, Los Angeles... Et Lisbonne aussi. Fière de mes origines, je connaissais la langue et la ville, ce qui pouvait s'avérer très utile en cas de pépin. Sauf quand le pépin m'arriva à moi...


Dernière édition par Elsa Vasconcelos le Jeu 16 Avr - 1:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa Vasconcelos
car je découvre un nouveau monde...
car je découvre un nouveau monde...
avatar

âge : 27
Féminin Messages : 26
résidence : Powell Castle
love Frozen Heart... By now.
créateur : Inconnu
affinités : Charles, le frère que je n'ai jamais eu. Pas touche, ou je mords...
à propos de moi Instinctive, loyale et exigeante. Mais se limiter à cela serait se limiter à regarder, sans essayer de l'ouvrir, un paquet cadeau...

• me, just me •
genre: vampire
âge: 18 ans
MessageSujet: Re: Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]   Jeu 16 Avr - 1:08

♦️ Le jour où... :
Halloween. Étrangement, j'ai toujours aimé cette fête. J'ai toujours aimé pouvoir me déguiser en sorcière, mettre de belles robes noires et jouer un rôle. Le trente et un octobre 2008, nous étions, mes amis et moi, réunis afin de fêter dignement cette belle fête dans l'un des quartiers réputé pour ses bars, le Bairro Alto. J'étais vêtue d'une façon similaire à Morticia Adams, avec la robe raccourcie au niveau des genoux. Une tenue provocante que j'assumais pleinement, et puis j'avais tellement bu que me promener nue n'aurait été aucun problème pour moi si on me l'avait proposer. J'étais sortie m'aérer un peu, la fumée omniprésente me faisant un peu tourner la tête, quand un vague mouvement au coin d'une rue attira mon regard. Stupidement, je m'approchai. Un jeune homme d'une vingtaine d'années me toisait du regard, un demi-sourire aux lèvres. Mais ça n'était pas un jeune homme. Je le pris tout d'abord pour un dieu, tant sa beauté était inhumaine. Tout ce qui émanait de lui m'inspirait la confiance, et je le trouvais si beau que je savais qu'il ne pouvait être dangereux. Je remarqua tout de même sa peau pâle et ses yeux aux reflets si fascinants, mais je n'eus pas à réfléchir très longtemps pour décider que c'était là son déguisement. Il était vêtu avec goût et portait une cravate bordeaux, que j'eus tout de suite envie d'arracher. Croqueuse d'homme comme je l'était, je ne voulais pas laisser passer ma chance et me rapprochai de lui, confiante.

Nous discutâmes, je sais de quoi, je flirtai aussi, puis il me posa cette question étrange et sans aucun sens pour moi.

-Si quelqu'un pouvait t'offrir l'éternelle jeunesse, l'accepterais-tu?
-Bien sûr!

Je m'étais souvent posé cette question. Mais je ne comprenais pas pourquoi il me la posait à moi, maintenant, alors que nous aurions pu faire des choses bien plus intéressantes. Avec délicatesse, il m'emprisonna dans ses bras, et je pus me rendre compte de sa force et de sa température anormalement froide. Mais cela m'importait peu, j'étais fascinée; je pensais qu'il m'embrasserait. Il descendit son visage au niveau de mon cou, respirant au passage mon parfum, comme si celui-ci allait disparaître tout à coup. Séduite, je fermais les yeux. Ses lèvres glacées me caressaient la peau, me faisant frissonner. Mais je n'osais plus bouger, voulant que cet instant dure pour l'éternité.

Une fraction de secondes plus tard, nous étions dans une ruelle sombre; et je sentis ma peau, si fragile, céder sous la pression d'un fer rouge que je sentais me perforer la carotide. Je voulais hurler, me débattre, mais je ne contrôlais plus mes membres. Des flammes pénétraient par la blessure et me brûlaient vive de l'intérieur. Dans un état second, mes yeux se voilèrent. Ma seule certitude d'être encore en vie était cette douleur atroce, comme si l'on m'avait couchée nue sur un lit de braises incandescentes. La silhouette sombre s'éloigna et moi j'aurais tout donné pour mourir à cet instant. Faire cesser ces souffrances, en finir une bonne fois pour toutes. Du sang avait coulé, et cela me dégoûtait, mais personne, pas un chat pour me voir mourir. J'ai crié, je crois. Allongée au sol, entre les poubelles, j'interrompais le silence de la nuit demandant de l'aide. Ma voix était rauque, sans force. Je fus prise de convulsions et priais de toute mes forces la Mort de venir me chercher. Rien ne pouvait être pire que ce que je vivais à cet instant là, j'en étais certaine.

Je ne me souviens pas de tout, ma mémoire de cette nuit-là flanche, je l'avoue. Je crois m'être reposée un peu, sinon comment expliquer ma torpeur, ce matin là, quand j'ouvris les yeux et que je découvris, à ma plus grande surprise, que j'étais vivante et à même le sol. J'étais au même endroit et pourtant tout avait changé. Je sentais les choses différemment, je voyais d'infimes détails que j'aurais ignoré en temps normal. Que m'avait fait cet homme dont je n'avais que de vagues souvenirs? Ma seule certitude était d'être Elsa Vasconcelos. Marie était morte quelques jours plus tôt...

Me relevant avec peine, je sentis la tête me tourner: j'avais soif. Une soif inexplicable, un besoin que je ressentais et je savais qu'il fallait que je l'assouvisse. La ruelle était chargée d'odeurs délicieuses, bien que je sois incapable d'en identifier une seule.

-Reste-là ma puce, je vais voir ce qu'il y a.

Un sourire carnassier m'illumina le visage et, avant que je ne m'en rende vraiment compte, j'étais déjà sur la femme qui avait parlé; je m'abreuvait déjà de son sang. C'était venu instinctivement, je n'avais pas réfléchi. Et la vitesse laquelle je m'étais propulsée m'avait étonnée. Je l'avais vidée de son sang, et pourtant j'avais toujours soif, je ressentais toujours ce manque au creux de moi-même. C'est là que je vis la frêle silhouette. quatre ans tout au plus. De grands yeux bleus envoûtés malgré l'atrocité de ce dont elle venait de témoigner. Une odeur fraîche. Je ondit à nouveau, mais cette fois-ci, quelque chose m'arrêta. J'étais forte, l'inconnu était rapide. Qui plus est, il savait à quoi il avait affaire, et moi pas. Il m'immobilisa rapidement, m'empêchant de faire un deuxième meurtre en pleine journée.

Sur son visage, on pouvait lire la sagesse, et il était en tout points différent de mon créateur.Rapidement, il m'apprit ce que j'étais devenue, il m'expliqua ma nouvelle vie et mon nouveau mode de fonctionnement... Mieux: il me démontra qu'il était possible de se contrôler. J'avais peur, j'étais trop changeante. Je passais du calme olympien à l'hystérie la plus complête et je me reconnaissais à peine. Trop pâle, trop belle, trop forte, aussi. Je devais m'habituer à ce nouveau moi, et, par-dessus tout, je devais apprendre à me contrôler.

Voilà comment je suis arrivée au sein du Powell Castle. Après m'en avoir parlé, il me guida jusqu'ici, espérant que je puisse faire des progrès, et repartit loin, sans même me parler de lui.

IV. Hors-Fiche

♦️ Comment avez-vous connu le forum ? : Par un partenaire
♦️ Pourquoi vous êtes-vous inscrit ? : J'aime beaucoup les histoires de vampires et ce contexte-ci m'a particulièrement plu.
♦️ Comment trouvez-vous le design ? : vraiment très beau!! :hh: :h: :hh:
♦️ Avez-vous lu l'histoire et les règles ? : Oui
♦️ Quelle est la star de votre avatar ? : Leighton Meester
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Viper
car je dirige d'une main de fer l'institut...
car je dirige d'une main de fer l'institut...
avatar

âge : 27
Masculin Messages : 273
résidence : powell castle
love she's gone.
créateur : Gaunt Viper
à propos de moi loyal, paternaliste & discret.

• me, just me •
genre: vampire
âge: 324 ans
MessageSujet: Re: Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]   Jeu 16 Avr - 16:40

Bonjour Elsa !

Quelle Fiche ! J'ai pris beaucoup de plaisir à la lire ! Je t'accepte volontiers sur le forum, promue au rang de Néophyte =)

Bonne chance et amuses-toi bien Wink

_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elsa de Vasconcelos { NEOPHYTE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELSA PETITE FEMELLE X EPAGNEULE 3 ANS CSCA BEZIERS HERAULT
» C'est la merde. [Elsa]
» [TERMINÉ] Just want to talk to you... [Elsa]
» [Terminée] Elsa O'Clock
» Le fruit défendu ♦ fanfic Dimitri/Elsa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires! rpg ::  :: « Dossiers d'Inscription » :: « Fiches Validées { néophytes } »-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com